LES EMOTIONS DANS LE MILIEU PROFESSIONNEL

Créé par Outils du coach | |   articles | Tag1 Tag2

Les émotions au travail sont encore globalement considérées comme des ennemies à combattre, quant à l’intelligence émotionnelle on lui préfère encore l’intelligence rationnelle. En effet, l’entreprise est souvent le lieu où le collaborateur, le manager ou le dirigeant se doivent d’être sérieux, en totale maîtrise de ce qu’ils ressentent. Ressentir de l’émotion et la montrer est considéré comme un signe de faiblesse. Il faut apprendre à réprimer ses émotions, ternir l’image de l’homme ou de la femme forte qui résiste à tout, et surtout au stress, à la pression. Certains chefs peuvent avoir une règle de management comme « Ne vous laissez pas émouvoir ! ». 
Pourtant, et en complète contradiction, certains managers et dirigeants sont bien connus pour montrer d’une manière récurrente une seule émotion comme exercice du pouvoir : la colère. C’est encore toléré au sein de l’entreprise, comme si la colère était la seule émotion qui montre qu’on est fort… Malgré tout, l’intelligence émotionnelle au travail s’est faite une place dans les entreprises car ces dernières ont depuis longtemps recours à des instruments de mesure du Quotient Émotionnel (Q.E.) lors des recrutements, des programmes de leadership ou dans le cadre d’évaluation des pratiques de leur cadres et dirigeants.

Parce que les neurosciences ont prouvé que l’I.E. est davantage prédictive de la réussite professionnelle que le traditionnel Quotient Intellectuel (Q.I.), les entreprises sont en train de réhabiliter les émotions dans le travail au quotidien. La capacité de leurs collaborateurs à les utiliser à bon escient leur permet d’être plus performant dans les relations humaines, la prise de décision ou encore la gestion du stress. Dans les dix prochaines années, l’intelligence émotionnelle va probablement remplacer le vieux concept des « soft skills » dont le développement constitue une grande part des objectifs de coaching en entreprise.