L'écologie émotionnelle sert de fil conducteur pour vous accompagner dans un processus d’évolution et d’adaptation, en douceur. Elle favorise l'évolution des pratiques, des comportements, le développement des compétences et des potentiels, la gestion du stress et des émotions. Enfin, elle prépare aux situations de changement et permet de mieux gérer les transitions. Dans cette conception, les changements et les évolutions positives peuvent être envisagés par une vie plus en conscience, par une meilleure gestion émotionnelle et par un sens retrouvé dans l'action.

 

Gestion émotionnelle et sérénité

Au sens large, l'écologie est définie comme la science qui étudie les êtres vivants dans leur environnement. Quant à l'émotion, il s'agit d'une information que notre corps nous envoie et qui se manifeste par le déclenchement de réactions physiologiques. 

Ainsi, l'écologie émotionnelle s'intéresse aux impacts des émotions sur les relations vécues et sur nos actions quotidiennes, qui peuvent, dans certaines situations professionnelles et personnelles, provoquer des blocages ou des perturbations. Liée à l'intelligence émotionnelle, cette conception réhabilite l'importance des émotions qui doivent être accueillies, vécues, acceptées pour être ajustées et mieux gérées. Au final, c'est un retour au discernement.

Dans l'écologie émotionnelle, il est considéré que les groupes et les individus ont leur propre écosystème façonné par des diversités et différences se situant au niveau des perceptions, des croyances, des pratiques, des compétences, des valeurs, des cultures et des identités. 

Mais les écosystèmes humains ne sont pas uniquement caractérisés par la richesse de leur biodiversité. Ils sont également des espaces d'enjeux personnels et collectifs dans lesquels des déséquilibres peuvent s'installer et provoquer du mal-être, des tensions, des incompréhensions, parfois de l'inertie ou encore une perte de sens dans les actions quotidiennes.

Aussi, à l'image du développement durable, les relations usées, les schémas et héritages obsolètes méritent d'être transformés dans la logique de l'artisan qui déconstruit pour rebâtir ou rénover.

 

Les émotions dans le milieu professionnel

Les émotions au travail sont encore globalement considérées comme des ennemies à combattre. Quant à l’intelligence émotionnelle, on lui préfère encore l’intelligence rationnelle. En effet, l’entreprise est souvent le lieu où le collaborateur, le manager ou le dirigeant se doivent d’être sérieux, en totale maîtrise de ce qu’ils ressentent. Ressentir de l’émotion et la montrer est considéré comme un signe de faiblesse. Il faut apprendre à réprimer ses émotions, ternir l’image de l’homme ou de la femme forte qui résiste à tout, et surtout au stress, à la pression. Certains chefs peuvent avoir une règle de management comme « Ne vous laissez pas émouvoir ! ». 

Pourtant, et en complète contradiction, certains managers et dirigeants sont bien connus pour montrer d’une manière récurrente une seule émotion comme exercice du pouvoir : la colère. C’est encore toléré au sein de l’entreprise, comme si la colère était la seule émotion qui montre qu’on est fort… Malgré tout, l’intelligence émotionnelle au travail s’est faite une place dans les entreprises car ces dernières ont depuis longtemps recours à des instruments de mesure du Quotient Émotionnel (Q.E.) lors des recrutements, des programmes de leadership ou dans le cadre d’évaluation des pratiques de leur cadres et dirigeants.

Parce que les neurosciences ont prouvé que l’I.E. est davantage prédictive de la réussite professionnelle que le traditionnel Quotient Intellectuel (Q.I.), les entreprises sont en train de réhabiliter les émotions dans le travail au quotidien. La capacité de leurs collaborateurs à les utiliser à bon escient leur permet d’être plus performant dans les relations humaines, la prise de décision ou encore la gestion du stress. Dans les dix prochaines années, l’intelligence émotionnelle va probablement remplacer le vieux concept des « soft skills » dont le développement constitue une grande part des objectifs de coaching en entreprise.

> Retour à l'accueil